Week-end à Beidaihe

Publié le par Hesiem

Les amis nous avaient prévenus: C'est cradinge, vous allez vous emmerder, y a rien à faire là-bas, etc., mais rien n'a pu entamer notre détermination. Nous avons passé notre week-end à Beidaihe, sur la cote à 300 km de Pékin. Je dis bien 300 km car pour certains chinois, Beidaihe est située à 600 km. On a eu beau expliquer qu'avec 4h de train et une vitesse moyenne certainement inférieure à 100 km/h (il n'y a pas de TGV en chine jusqu'à preuve du contraire…) il est, et c'est logique, impossible de parcourir 600 km en 3-4 heures. Il faut croire qu'on essayait de leur faire avaler des couleuvres avec notre logique de Laowai alors on a arrêté de rigoler gorges déployées et on a ravalé cette arrogance très franchouillarde qui veut qu'on essaye toujours de prouver par A plus B qu'on a raison et que l'autre a tort.

Arrivé
à la gare de Beidaihe, on saute dans un taxi direction la plage. Bon ca ne vaut vraiment pas une belle calanque, mais ca n'a rien a envier aux plages de Cannes: Du bitume et du sable, quelques rochers pour faire illusion… et la mer. Non ce qui tranche sur la plage en Chine, c'est la populace… Ne cherchez pas les bikinis (ne parlons même pas des top-less), ni les pseudo surfeurs à la peau bronzée… non, non, non, rien de tout ca, vous êtes en Chine. C'est un peu comme à la piscine, le style est très…. heuuuu… "chinois" on va dire, et l'ambiance bon enfant avec un nombre impressionnant de personnes enterrees sous le sable, allez comprendre pourquoi. Je ne suis pas allé physiquement constater la qualité de l'eau mais vue la couleur de la mer, ainsi que les plaques qui sont apparues sur la peau de Linda une fois ressortie de l'eau, j'ai jugé qu'il était préférable que je reste le cul assis dans le sable.

En début de soirée et après avoir englouti notre fournée de fruits de mer, on est parti à la recherche d'un hôtel. Nous n'avons pas attendu très longtemps qu'une petite dame nous alpagua pour nous présenter un hôtel. Arrive à l'hôtel en question on passe à la réception et c'est la que les problèmes commencent:

D
eux Français, une Chinoise et une Taiwanaise, mais personne sauf la Chinoise n'a pensé à emmener de pièce d'identité. Ca palabre dure avec la réceptionniste qui reste ferme et ne peut nous héberger. On a beau se faire passer pour des diplomates français et bien qu'on frise l'incident diplomatique, rien n'y fait, et on se fait mettre poliment à la porte de l'hôtel. J'ai quand même bien aimé le coup de nos hurlements hypocrites lorsque la réceptionniste annonce par téléphone à son patron qu'il y a 2 Français, une Chinoise et une Taiwanaise dans le lobby: Quoi, quoi, quoi… ? Les Taiwanais ne sont pas Chinois ??? Bein alors… non mais !!! Sont marrants ces chinois des fois… Pris en flagrant délit notre petite dame accompagnatrice a essayé sauver la face de la réceptionniste dans une effusion de sentiments à l'eau de rose: Mais si ma chérie t'es chinoise comme nous "mouaaw mouaaawww"… et voilà que j'te prends dans mes bras et que j'te fais des bisous de partout. Bearrkkk !!!

Fini les embrassade et notre petite dame ne chaume pas et sort l'arme fatale: Le mobile phone. Apres quelques coups de téléphone un mini-van viens nous récupérer. On s'arrête devant un autre hôtel qui ressemble plus à un dortoir pour ouvrier du bâtiment et on explique poliment à notre hôte que, même pour 20 kuai de la nuit, ca ne va pas être possible. Du coup je comprends mieux pourquoi certains hôtels ne sont pas autorisés à héberger des étrangers. Las, nous atterrissons dans un hôtel qui n'est ni trop classe ni trop crade. J'ai particulièrement apprécie la superbe Télé qui stationnait dans le salon de la chambre où nous avons dormi (un deux pièces tout de même). Pur objet décoratif, ce téléviseur n'était reliée à aucune prise TV (qui n'existait d'ailleurs pas dans cette pièce). La logique chinoise m'échappe vraiment par moment.

Dimanche… on a fait les larves sur les rochers et observé le spectacle des touristes venus prendre la pose. Retour sur Pékin par le bus… Environ 4 heures entassés comme des sardines avec deux chinois assis derrière nous qui ont passé plus de 3 heures à croquer des graines de tournesol dans un "cric crac crac… crunch crunch crunch - cric crac crac… crunch crunch crunch" lancinant et fort désagréable.

Beidaihe, à part la mer, passez votre chemin y a rien à voir.


 

Publié dans Vagabondage

Commenter cet article

mm 11/06/2007 03:34

Nous venons de passer 2 jours très sympa à Beidaihe. La mer n'y est certes pas très propre mais l'ambiance est agréable. Peu de monde, beaucoup de russes, une brise marine qui fait du bien (surtout quand à Tianjin et Pékin il fait 38°)... Bref ça dépayse et je conseille vivement cette destination à tout ceux qui veulent profiter d'un week end à la plage en toute tranquilité.

boulou 10/09/2005 20:20

je suis passe a beihaihe

il n'y a rien a voire pour qui ne sait regarder

la plage n'est pas un grand evenement ,je m'y suis baigne 2 fois , sans reaction epidermique malgre des presences douteuses d'elements flottants de couleur noire ( comme en mediterrannee)

j'y ai retrouve dans certains immeubles un peu de l'ambiance de deauville

et puis si on se donne un peu la peine de se prommener on y trouve de grands batiments modernes qui ont peut etre servis a des reunions importantes

une caracteristique de beidaihe ( a part la tete de la muraille de chine qui n'est pas deplaisante) est la presence russe.

si vous avez le nez long, on vous parle russe . Et le petit dejeuner est a la russe

beidaihe, vaut le detour

par contre , on deconseille les fruits de mer aux non 'blindes'.Notre chauffeur pekinois s'est paye une tourista en bravant les avis de precaution a prendre

nan zou

Nacer 06/09/2005 18:24

Vas-y c'est la Chine !!!, je ne sais plus qui disait cela....